INTERVIEW D'ALAIN BLONDEL PAR THOMAS JOHNSON

PRODUCTION MINDSCAPE VISION / MWAY FILMS

Alain Blondel a écrit il y a quelques années un long poème nommé Disparités, composé comme une véritable litanie, mais  aussi comme un texte scandant les mille rythmes de la création picturale. Le poème composé de deux chapitres (un sur le trait, un sur la couleur) tente de nous conduire à l’origine de l’élan créateur, de son impulsion, du geste traceur qui inscrit des lignes devenant signes sur la surface du tableau. Origine(s) où le cerveau, la main et la surface affirment des nécessités divergentes, jouant des partitions différentes et donnant vie à une harmonie inattendue.

Alain Blondel joue avec les différences. Il écrit sur la peinture, peint en écrivant, se sert du numérique pour faire du texte une image. Il déplace nos catégories pour les inscrire dans d’autres rapports : le texte devient une image, tandis que l’image demeure un texte.

Le peintre mélange poésie et peinture en nous montrant combien de nouveaux agencements sont possibles et en ouvrant sur des perceptions nouvelles. 

L’exposition est une exploration du livre Disparités, sa source vive et tout en le donnant à voir à travers de multiples propositions artistiques, elle le donne aussi à lire... Le texte est montré dans tous ses états «plastiques» possible. 

Cette exposition est une ballade avec ses embranchements, ces chemins de traverses, ces raccourcis, invitant le visiteur a un parcours sensible et organique.

Elle est aussi une tentative de faire apparaitre une cartographie de l’espace mental de l’artiste.

www.alainblondel.fr